Blog

Le renouveau des vins du Trièves

Quelques passionnés ont relancé la culture de la vigne dans le Trièves.

« Nous sommes trop haut pour avoir des vignes. Et cependant nous en avons... » Jean Giono

 

Le Trièves ne dispose pas, à priori, des principaux atouts pour produire du vin. Pourtant, autrefois, de nombreuses familles triévoises avaient une parcelle de vigne sur les coteaux les mieux exposés, souvent sur les pentes de l’Ebron, du Drac ou de la Vanne.

Les textes font remonter la présence attestée de vignes au 12ème siècle.

Chaque famille produisait son vin avec sa recette et ses techniques secrètes. Nul doute que l’on réfléchirait aujourd’hui à deux fois avant d’accepter d’y goûter !

Giono, notamment dans la nouvelle du petit vin de Prébois (Faust au village), a su retranscrire cette tradition de culture et les moments de vie qui en découlaient...

 

Au fil du temps, la culture de la vigne s’est peu à peu perdue dans le Trièves, jusqu’à avoir pratiquement disparue en 2007. Quelques passionnés ont alors relevé leurs manches pour faire revivre cette tradition et redessiner les paysages du Trièves. L’association Vignes et Vignerons du Trièves est née en 2008 pour sauver ce patrimoine « de nos parents et grands-parents » et perpétuer la tradition.

« là où il y a de la vigne, il y a convivialité,
là où il y a convivialité, on enrichit sa culture
là où il y a de la culture, on a des racines... ».

Maxime Poulat 4.jpg
Domaine de l'Obiou 6.jpg
Domaine de l'Obiou 5.jpg

La reconquête des vignobles oubliés et des cépages autochtones est lancée. L’onchette, un cépage ancien du Trièves et de la vallée du Drac, est replantée et fait l’objet d’une démarche de reclassement national.

Quelques courageux et passionnés vignerons, comme Samuel ou Maxime, s’installent et commencent à produire du vin du Trièves dans la tradition paysanne familiale et le respect de l’environnement. La production est encore confidentielle, seulement quelques bouteilles sont aujourd’hui à la vente ! Le Trièves compte désormais 5 viticulteurs.

Vous l’aurez compris, le renouveau des vins du Trièves, c’est surtout une belle histoire de passionnés, beaucoup de travail et beaucoup d’amour pour les terres du Trièves et ceux qui les ont façonnées !

Et qui mieux que des vignerons eux-mêmes pour vous la raconter ?

A Prébois, partez à la rencontre de Samuel Delus, au Domaine de l’Obiou. Ses premiers millésimes baptisés en patois triévois (Lou Taïssou, Lou Buòou) se révèlent prometteurs !

Visitez le Domaine de l'Obiou

A Vareilles (commune de Prébois), Maxime Poulat vous présentera sa petite production naturelle « sans trucage » dans une démarche se rapprochant de la permaculture.

Visitez le Domaine de Maxime Poulat

Maxime Poulat 5.jpg
Maxime Poulat
Domaine de l'Obiou 4.jpg
Samuel Delus